29/03/2017
Verlaine expliqué

Accueil
Suite

VERLAINE : Dans les bois (17ème poème de Poèmes saturniens/Caprices 1866)


La forêt de Giacometti


"La forêt" de Giacometti

Dans les bois
"Dans les bois" est un des 17 poèmes de la section caprices des poèmes saturniens

Liste des poèmes saturniens

D'autres, - des innocents ou bien des lymphatiques, -
Ne trouvent dans les bois que charmes langoureux,
Souffles frais et parfums tièdes. Ils sont heureux !
D'autres s'y sentent pris - rêveurs - d'effrois mystiques.

Ils sont heureux ! Pour moi, nerveux, et qu'un remords
Épouvantable et vague affole sans relâche,
Par les forêts je tremble à la façon d'un lâche
Qui craindrait une embûche ou qui verrait des morts.

Ces grands rameaux jamais apaisés, comme l'onde,
D'où tombe un noir silence avec une ombre encor
Plus noire, tout ce morne et sinistre décor
Me remplit d'une horreur triviale et profonde.

Surtout les soirs d'été : la rougeur du couchant
Se fond dans le gris bleu des brumes qu'elle teinte
D'incendie et de sang ; et l'angélus qui tinte
Au lointain semble un cri plaintif se rapprochant.

Le vent se lève chaud et lourd, un frisson passe
Et repasse, toujours plus fort, dans l'épaisseur
Toujours plus sombre des hauts chênes, obsesseur,
Et s'éparpille, ainsi qu'un miasme, dans l'espace.

La nuit vient
. Le hibou s'envole. C'est l'instant
Où l'on songe aux récits des aïeules naïves...
Sous un fourré, là-bas, là-bas, des sources vives
Font un bruit d'assassins postés se concertant.

Plan de commentaire
Sur le thème de la forêt, Verlaine laisse libre cours à son esprit fantasque pour nous décrire non pas le décor naturel avec ses couleurs et ses parfums que nous recherchons parfois pour des moments de détente mais un lieu pervers et angoissant peuplé d'animaux hostiles et au sein duquel chaque pas cache une embûche, chaque buisson un cadavre ou un brigand.

I-La critique des romantiques

La forêt, la nature, les promenades solitaires sont des thèmes privilégiés des romantiques car il sont propres à la rêverie, la nature devenant la muse du poète et le témoin de son affectivité. Le ton du poème est polémique dès le premier vers. Lamartine avec son poème "Chêne" dans ses "Harmonies poétiques et religieuses" nous raconte l'histoire d'un arbre prodigieux, symbole de la grandeur et de l'ordre de la nature qui doit nous révéler la toute puissance de Dieu. L'anaphore de D'autres pour d'autres que Verlaine désignent non seulement l'ensemble des rêveurs romantiques, mais aussi des innocents, des lymphatiques qui se satisfont à bon compte des charmes de la nature. L'exclamation qui termine "ils sont heureux" fait de leur bonheur une sorte de béatitude ou d'extase mystique. Verlaine n'aurait aujourd'hui aucune sympathie pour nos écologistes.

II-Le paysage état d'âme.
La forêt, habituellement lieu paisible lui fait resurgir des angoisses et des peurs incontrôlées. Tout lui apparaît démesuré, l'assonance en "a" du troisième quatrain amplifie la taille des arbres pour les rendre encore plus impressionnants dans l'obscurité. Verlaine a plusieurs fois raconté qu'il avait peur de tout surtout de la nuit. C'est un bileux, un nerveux, toujours inquiet. La forêt lui apparaît sinistre et le fait trembler, il craint les mauvaises rencontres ou des découvertes macabres. La forêt lui renvoie une foule de symboles qui reflètent son état d'âme. La gravité de son remords, accentuée par le qualificatif épouvantable mis en rejet prend un caractère obsessionnel ou délirant.

III- Un univers de fantasmes et de croyances
L'univers mental de Verlaine est peuplé de fantasmes. Il se dit hanté par la planète Saturne qui le tient tout entier sous sa néfaste influence. La forêt lui renvoie le souvenir de refuges de brigands ou celui d'assassins venus cacher leur victime. Même la rougeur du soleil a des allures macabres d'incendie ou de crimes. Le hibou selon les anciens crevaient les yeux de leur victime et l'eau d'une source lui renvoie l'image d'une noyade. On a tous en mémoire le célèbre conte du "petit chaperon rouge" qui doit traverser la forêt avec le danger d'un loup.

IV- Une poésie classique
Verlaine avec des mots simples et des phrases classiques sujet-verbe-complément nous fait une démonstration pour démystifier la forêt. La forêt présente effectivement des dangers pour un non-initié, Mais Verlaine en rajoute sur son obscurité, ses bruits mal définis pour lui donner un aspect angoissant. Il joue sur les sonorités "on" en écho dans "tombe" et "ombre" pour nous faire peur comme sur celles en "em" dans "tremble" et embûche" pour nous donner des frissons. A l'angoisse d'y faire de mauvaises rencontres se mêlent des souvenirs qui lui donnent des frissons. L'allitération en "s" du dernier vers est remarquable pour reproduire l'expression d'un mauvais geste.

Conclusion

En dépit d'une profession de foi parnassienne, on ne retrouve pas dans ce poème, sur un thème analogue, les mêmes accents que dans "Midi" de Leconte de Lisle. Des tendances de Verlaine tout à fait personnelles comme la sensibilité inquiète ou la musicalité suggestive s'expriment dans ce poème. Modéré dans ses audaces, "Dans les bois" reste un poème émotionnel et musical harmonieux mais n'est ce pas tout ce qu'on attend de la poésie.

Vocabulaire

Un refrain sur les dangers de la forêt

Allons dans les bois pendant que le loup n'y est pas.

Allons dans les bois est un des 17 poèmes de la section caprices des poèmes saturniens publiés en 1866, section dans laquelle voisinent des œuvres d'inspiration parnassienne comme " La mort de Philippe " avec des caricatures et des parodies comme " Monsieur Prudhomme " ou " Cavitri "

Mysticisme :
attitude religieuse qui affirme la possibilité d'une union parfaite avec Dieu dans la contemplation.

 

Page d'accueil