29/11/2015
Verlaine expliqué
Accueil
Suite
VERLAINE : Femme et chatte (1er poème de la section caprices des Poèmes saturniens, 1866)


Cléopatre et son chat
"Femme et chatte" est le 1er poème de la section caprices des Poèmes saturniens, 1866
Liste des poèmes saturniens

Liste des poèmes saturniens

Elle jouait avec sa chatte,
Et c'était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S'ébattre dans l'ombre du soir.

Elle cachait - la scélérate ! -
Sous ces mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongles d'agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.

L'autre aussi faisait la sucrée
Et rentrait sa griffe acérée,
Mais le diable n'y perdait rien...

Et dans le boudoir où, sonore,
Tintait son rire aérien,
Brillaient quatre points de phosphore.


A ne pas manquer
"Éclipse totale" (Rimbaud-Verlaine) film avec Leonardo Di Caprio et Romane Borhinger retraçant les aventures de Rimbaud, Verlaine et Mathilde Mauté.
Le CD est disponible sur Internet pour 3 euros.


Plan de commentaire
I- L'histoire d'Antoine et Cléopâtre
Verlaine ne fut pas le seul à s'intéresser à l'histoire de Cléopâtre, cette reine d'Égypteà la beauté et à l'intelligence extraordinaire et qui se suicida dans sa fuite avec Antoine après avoir été renversée de son trône par Octave. Verlaine reprendra deux poèmes plus loin le même thème dans "Une grande dame" dans lequel Cléopâtre belle "à damner les saints" est qualifiée de lynce probablement en raison de sa clairvoyance. Verlaine parle de la chatte Ninon. Dans ce sonnet irrégulier d'octosyllabes, deux quatrains à rimes croisées suivis de deux tercets fusionnés, Verlaine se montre particulièrement violent envers les femmes, des "fleurs du mal" séduisantes, exigeantes en amour, cruelles, armées d'ongles meurtriers, perverses. Une attitude ambiguë, choquante faite de désirs inassouvis, de fantasmes et de violence qui atteindra son paroxysme dans "une grande dame" avec l'invective brutale "qu'on lui cravache la face, à cette femme". Toute l'argumentation envers la féminité se traduit par l'opposition entre le noir et le blanc réunies cependant à la fin dans une sorte de lumière commune étincelante, le phosphore.
II- Une satire, une dénonciation de la perversion et de la cruauté féminine.
Elle cachait, "la scélérate", au début du second quatrain donne le ton, la femme est coupable de crimes qu'elles a commis ou qu'elle avait seulement l'intention de commettre, la femme serait perfide, elle aurait une fâcheuse tendance à manquer à sa parole, à mentir pour parvenir à ses foins. Verlaine n'a pas confiance dans les femmes, elles mentent. Sous l'apparence d'un jeu bien innocent, plein de tendresse et d'amour entre une femme et un chat, Verlaine à travers le personnage de Cléopâtre, reine intrigante, capable de toutes les ruses pour se maintenir sur son trône convoité par son frère nous dresse un tableau général sassez sombre du comportement féminin. Sous les mitaines de fil noir, des attributs d'élégance réservés aux reines ou à la la bourgeoisie, empreints de beauté, et de douceur, se cachent des ongles meurtriers. On appréciera l'ironie dans la phrase car les mitaines laissent généralement découvertes les dernières phalanges avec les ongles,et ne les cachent donc pas. Ces ongles très dur, d'agate, deviennent des griffes, des artifices meurtriers, coupant comme des lames d'un rasoir. Il y a un parallélisme constant, une opposition entre le chat, un animal familier qui se laisse caresser par plaisir et la femme ici assimilée à un lynx, un animal plus gros et sauvage avec des instincts criminels.
III-La diabolisation de la femme
Verlaine rêve d'une femme idéale, une consolatrice capable de combler le manque existentiel dont il a pris conscience. La femme qu'il imagine, qu'il idéalise, ce rêve familier évoque un monde idéal qui l'habite mais dont il connaîtl'irréalité, d'on son immense frustration. Il y a sans doute beaucoup de la provocation d'un jeune débutant en poésie d'utiliser la veine rebattue de la misogyniecherchant par cette différence à choquer le lecteur, à l'apostropher. Il y a cependant chez Verlaine, poète hirsute et mal habillé, envers les "femmes jolies" une jalousie, une haine même que l'on constate dès le début du recueil. Il voit dans la beauté de la femme, de la froideur et une distanciation, une inaccessibilité. La pureté, la blancheur qui se retrouvent dans la main de la femme et dans la patte du chat est devenue noire avec le gant. Pour Verlaine, l'amour c'est d'abord l'instinct, le désir brutal, qu'entraîne l'envoûtement de la beauté. Chez notre poète l'amour est nostalgie parce que, maladroit, informulé et frustrant. On retrouve dans ce poème la même présentation de la femme que chez Baudelaire dans les fleurs du Mal, la femme lascive, ici caressant son chat, objet de plaisir mais aussi une menace, c'est une scélérate pour le poète, et un danger. A l'inverse d'un poète comme Eluard qui encense la femme, muse lumineuse, on a ici l'image d'une femme diabolique, intrigante qui complote pour assouvir ses passions, qui calcule. Mais toutes les femmes ne sont pas des Cléopâtres et n'ont pas d'arrière-pensées funestes pour assurer leur pouvoir. La fin du poème nous éclaire que dans les boudoirs, ces pièces intimes des habitations, le diable n'est jamais très loin, dans l'obscurité son œil pétille de satisfaction comme celui du chat brille dans la nuit, quatre points de phosphore.
Conclusion
Les belles femmes ont souvent été vues par Verlaine comme des idoles inaccessibles et froides et leur beauté l'a souvent irrité. Il avait une préférence pour les courtisanes massives, les "dahlias", ces fleurs sans parfum, sans fard, naturelles. Mais les rapports de Verlaine avec l'amour et la femme ont toujours été très ambigus, souvent provocants, violents. Ce n'est donc pas pour rien que ce poème débute la section "Caprices" du recueil "Poèmes Saturniens" et l'on veut croire que c'en est un.

Vocabulaire

Sonnet
Pièce de 14 vers comme ici, en deux quatrains à rimes embrassées ABBA et deux tercets. Le poème est un sonnet en octosyllabes irrégulier avec des rimes croisées ABAB et une fusion des deux tercets.
Phosphore
(du grec phos, lumière et pherein, apporter). Métal blanc qui réagit avec l'eau pour brûler et éclairer.
Phosphorer
Réfléchir intensément, se livrer avec ardeur.
Cléopâtre
Née à Alexandrie, 69-30 av. JC, reine d'Égypte, célèbre par sa beauté et son intelligence ainsi que par ses amours avec César, puis Antoine qui lui permirent de sauver son trône.
Elle accéda à 17 ans au trône avec son frère de 10 ans Ptolémée qui cherchera à l'éliminer. Antoine, , ayant été vaincu par Octave, fils reconnu de César, elle s'enfuit avec lui en Égypte et ils se suicidèrent, elle s'empoisonna ou selon la légende fut mordue par un aspic. Shakespeare a publié Antoine et Cléopâtre
Lynce
Jeu de mot pour la femelle du Lynx nom masculin. Mammifère félidé au pelage tacheté jaunâtre. Avoir les yeux de lynx, avoir une vue perçante.
Scélérate
Coupables ou capables de crimes.
Perfide
Qui manque à sa parole, à la confiance mis en lui, traître.
Mitaine
Gant qui laisse découvertes les deux dernières phalanges des doigts.
Agate
Substance minérale formée de silice, très dure, utilisée dans l'industrie.
Boudoir
Salon intime d'une habitation.

Retour à la page d'ouverture