11/10/2017
Verlaine expliqué

Accueil
Suite

VERLAINE : Je ne sais pourquoi


Arthur Rimbaud

Poème
Je ne sais pourquoi
"Je ne sais pourquoi" est le texte II-III-VII de "Sagesse" (vers la fin).

Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle vole sur la mer.
Tout ce qui m'est cher,
D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

Mouette à l'essor mélancolique,
Elle suit la vague, ma pensée,
À tous les vents du ciel balancée,
Et biaisant quand la marée oblique,
Mouette à l'essor mélancolique.

Ivre de soleil
Et de liberté,
Un instinct la guide à travers cette immensité.
La brise d'été
Sur le flot vermeil
Doucement la porte en un tiède demi-sommeil.

Parfois si tristement elle crie
Qu'elle alarme au loin le pilote,
Puis au gré du vent se livre et flotte
Et plonge, et l'aile toute meurtrie
Revole, et puis si tristement crie !

Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle vole sur la mer.
Tout ce qui m'est cher,
D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

Éléments de syntaxe
Verlaine préfère coordonner les éléments de la phrase (le plus souvent par et) plutôt que les subordonner. La coordination convient mieux au rendu des sensations vagues ou des impressions éphémères que les conjonctions de subordination, mieux adaptées au maniement des concepts. Par exemple lorsque Verlaine évoque son idéal féminin dans " Mon rêve familier " ou ici " Et je tremble..", " Et qu'il vous suffirait d'un geste".

Commentaire rédigé

C'est toujours avec beaucoup de douceur que Verlaine nous suggère son "paysage intérieur" lié au souvenir de Rimbaud et à leurs traversées maritimes , à ses difficultés existentielles que le vol et les cris de l'oiseau marin dévoilent... Le thème du poète-oiseau est particulièrement fréquent au XIXe siècle. On trouve un Albatros chez Baudelaire, un pélican chez Musset, un condor chez Leconte de Lisle, un cygne chez Mallarmé et ici une mouette.

Le souvenir de la rupture avec Rimbaud
Le poème "Je ne sais pourquoi" fait partie du recueil "Sagesse" publié en 1881 et a été écrit en prison. Verlaine qui a été incarcéré pour avoir tiré sur son ami Rimbaud veut chasser les voix impures de la haine et écouter la voix terrible de l'amour. Il ne sait pas pourquoi il n'en veut pas à son ami Rimbaud qui l'a abandonné. Au contraire il l'aime toujours (il ne le reverra cependant jamais) et veut conserver de lui les bons souvenirs des traversées maritimes effectuées avec lui entre l'Angleterre et la France quelques années plus tôt. Il a suivi Rimbaud, par instinct, par ivresse de soleil et liberté pour échapper à son obsession d'un esclave martyrisé par le temps. L'ivresse comme un remède à l'horrible fardeau du temps rappelle le poème de Baudelaire "Enivrez-vous", de vin, de poésie et de vertu.

L'identification de la mouette et du poète

Reprenant le même procédé que Baudelaire avec l'Albatros, l'assimilation de la mouette et du poète s'effectue par divers procédés. Verlaine met l'accent sur la valeur générale et symbolique de l'oiseau en supprimant tout article "Mouette à l'essor mélancolique". La correspondance entre l'oiseau et le poète s'établit ensuite par une juxtaposition " Elle suit la vague, ma pensée ". Elle se termine par une image de mère poule qui couve ses petits sous son aile protectrice.

La mouette, un oiseau marin peureux et crieur
La signification symbolique du poème se lit surtout dans l'image de l'oiseau. A ce dernier est associé une sensation auditive agressive, un cri qu'atténue le qualificatif de tristement. Ce n'est pas un cri de douleur mais une sorte de plainte, d'appel au secours. Si la mouette peut annoncer le rivage à quelque naufragé, elle suit surtout d'instinct les bateaux de pêche à la recherche de poissons rejetés à la mer. Son vol n'a rien de majestueux, il est irrégulier, son aile parait "d'effroi" "inquiète et folle". Sa liaison avec Rimbaud était considérée au XIXe comme de la folie.

Les brisures du rythme
Les strophes sont composées de vers inégaux. Les premières, troisième et cinquième strophe contiennent six vers de longueur inégale, et deux strophes contiennent des octosyllabes. Cette hétérométrique provoque un rythme irrégulier, cassé qui reflète une âme bouleversée. Les seules strophes régulières sont celles ou il nous parle de sa pensée vagabonde et de son parcours poétique plutôt classique d'inspiration " mélancolique " et "biaisant", obliquant selon les circonstances.

Les difficultés existentielles

Dans "je ne sais pourquoi", Verlaine reprend un thème littéraire traditionnel de la littérature romantique, les difficultés de l'existence. Il n'arrive pas à fixer sa pensée "à tous les vents balancée". Verlaine est convaincu de la supériorité du poète, dont la conscience est liée à un univers aérien et céleste. Mais spiritualité et matérialité, ciel et terre s'opposent. La mouette qui quitte son univers céleste pour plonger dans un univers qui n'est pas le sien, la mer, en ressort meurtrie.

Un sentiment d'incompréhension
En répétant en fin de poème la première strophe, Verlaine insiste sur son incompréhension qu'ajoute encore le doublement de l'interrogation pourquoi. Verlaine est assurément triste d'avoir perdu son ami et doit se rappeler les lettres de son ami Rimbaud qui lui demandait en 1973 de revenir à Londres après son départ. Verlaine joue sur l'analogie poète-oiseau pour nous donner l'image d'un bonheur perdu, celui d'un poète qui protégeait sous son aile protectrice un poète enfant appelé Rimbaud.

Conclusion
Poème symboliste, je ne sais pourquoi nous rappelle la fascination de Rimbaud pour Verlaine. Quelques années plus tôt, il a tout quitté pour le suivre. Verlaine écrira d'autres poèmes sur son ancien ami. Ici il utilise le thème du poète-oiseau avec son chant et s'apparente au travail du musicien qui cherche à atteindre la sensibilité, à communiquer des impressions et suggérer plus qu'à peindre par l'agencement mystérieux et harmonieux des mots et leur transfiguration symbolique.

L'historique de la liaison Verlaine/Rimbaud
En septembre 1871, Rimbaud débarque à Paris, invité par Verlaine à qui il a envoyé ses poèmes. Verlaine, de 10 ans plus âgé que lui, est fasciné et tombe sous le charme. Rimbaud, lui, voit en Verlaine un compagnon capable de le suivre dans sa quête de Voyant, et considère son homosexualité comme une étape de son expérience de la connaissance universelle. Hélas ! Verlaine est un être soumis, tiraillé entre l'amour qu'il éprouve pour sa femme Mathilde et sa passion pour Rimbaud. Ils vivront moins de deux ans ensemble, vie commune qui s'achèvera par un drame. A la suite de différents Verlaine quitta seul Londres et Rimbaud sur son insistance le rejoignit à Bruxelles le 8 juillet. A quatre heures le 10, Verlaine entra dans la chambre, ivre, un pistolet au poing qu'il venait d'acheter chez l'armurier de la galerie Saint-Hubert. Pour l'empêcher de partir, il tira sur Rimbaud et le blessa au poignet gauche. Rimbaud se fit mettre un bandage, et, désirant toujours retourner à Paris, se rendit à la gare du Midi. Mais sur le chemin, un faux geste de Verlaine alarma Rimbaud, fiévreux : il prit peur qu'il sortit à nouveau son revolver et appela un agent de police. Tous deux furent conduits au poste pour un premier interrogatoire par le commissaire, suivi d'autres, de dépositions et de déclarations, puis finalement de l'acte de renonciation de Rimbaud.
Verlaine fut incarcéré à la prison de Mons. Rimbaud, quant à lui, retourna chez lui, dans les Ardennes, et y écrivit Une saison en enfer. Rimbaud s'enfuira ensuite en Europe puis en Afrique et effacera son existence passée dont il parlera une fois comme de " souillures ". Verlaine, lui, ne l'oubliera jamais, et contribuera à la postérité de l'oeuvre de son ancien amant.


Page accueil