29/11/2015
Verlaine expliqué

Accueil
Suite
VERLAINE : Les indolents (1869)


Décaméron
Poème
Les indolents

" Les indolents" est le dix-huitième poème des fêtes galantes.

La liste des poèmes des fêtes galantes

- "Bah ! malgré les destins jaloux,
Mourons ensemble, voulez-vous ?
– La proposition est rare.

– Le rare est bon. Donc mourons
Comme dans les Décamérons.
– Hi ! Hi ! Hi ! quel amant bizarre !

– Bizarre, je ne sais. Amant
Irréprochable, assurément.
Si vous voulez, mourons ensemble ?

– Monsieur, vous raillez mieux encor
Que vous n'aimez, et parlez d'or ;
Mais taisons-nous, si bon vous semble !-

Si bien que ce soir-là Tircis
Et Dorimène, à deux assis
Non loin de deux sylvains hilares,

Eurent l'inexpiable tort
D'ajourner une exquise mort.
Hi ! hi ! hi ! les amants bizarres !

Extrait du mariage forcé de Molière

SGANARELLE. – Fille du diable ! Concubine du démon de la faillite ! Jusqu'à quand comptes-tu me saigner, me dépouiller de la sorte ?
DORIMENE. – Très cher époux, j'ose espérer que votre langage est totalement irréfléchi ! Je n'aimerais pas que notre mariage soit incommodé, sinon je saurais en référer à mon frère qui, je n'en doute pas, trouvera un arrangement à nos querelles.

La plainte de Tirsis
Poème de Marc-Antoine Girard de St-Amant (1594-1661)

Dans l'horreur d'un bois solitaire
Où malgré l'oeil du jour règne en tout temps la nuit,
Tirsis, loin du monde qu'il fuit,
Ne pouvant plus se taire,
Chantait en pleurs le doux et triste sort
Qui le livre à la mort.
Tirsis, laisse parler le vulgaire insensé
Poème de Charles-VION D'ALIBRAY (1600-1653)

Tirsis, laisse parler le vulgaire insensé
Et n'ecoute jamais sinon ta conscience,
Chez elle seulement est le siege dressé
Qui doit te condamner ou prendre ta deffense,
Tircis et Amarante
Jean De La Fontaine

Pour Mademoiselle de Sillery

..../.
Tircis disait un jour à la jeune Amarante :
Ah ! si vous connaissiez comme moi certain mal
Qui nous plaît et qui nous enchante !
Il n'est bien sous le ciel qui vous parût égal :
Souffrez qu'on vous le communique ;
Croyez-moi ; n'ayez point de peur :
Voudrais-je vous tromper, vous pour qui je me pique
Des plus doux sentiments que puisse avoir un coeur ?
Amarante aussitôt réplique :
Comment l'appelez-vous, ce mal ? quel est son nom ?
- L'amour. - Ce mot est beau : dites-moi quelque marque
A quoi je le pourrai connaître : que sent-on ?
- Des peines près de qui le plaisir des Monarques
Est ennuyeux et fade : on s'oublie, on se plaît
Toute seule en une forêt.
Se mire-t-on près un rivage ?
Ce n'est pas soi qu'on voit, on ne voit qu'une image
Qui sans cesse revient et qui suit en tous lieux :
Pour tout le reste on est sans yeux.
Il est un Berger du village
Dont l'abord, dont la voix, dont le nom fait rougir :
On soupire à son souvenir :
On ne sait pas pourquoi ; cependant on soupire ;
On a peur de le voir encor qu'on le désire.
Amarante dit à l'instant :
Oh ! oh ! c'est là ce mal que vous me prêchez tant ?
Il ne m'est pas nouveau : je pense le connaître.
Tircis à son but croyait être,
Quand la belle ajouta : Voilà tout justement
Ce que je sens pour Clidamant.
L'autre pensa mourir de dépit et de honte.
Il est force gens comme lui
Qui prétendent n'agir que pour leur propre compte,
Et qui font le marché d'autrui.

Plan de commentaire
Les indolents sont le dix-huitème poème des fêtes galantes. Le titre à lui seul indique des personnages mous, apathiques qui parlent de façon nonchalante. Verlaine reprend dans ce poème le même ton désabusé et désenchanté de l'amour à travers deux personnages purement littéraires, le berger Tircis personnage de Jean de La Fontaine et Dorimène personnage de l'amour forcé de Molière autour d'un tableau qui pourrait être "La Pastorale" de Boucher. L'argent, qui est ici l'obstacle à l'amour, était déjà celui de l'aristocrate Mathilde de La Môle et du plébéienJulien Sorel, dans le Rouge et le Noir comme celui de Mathilde de Fleurville et de Verlaine.
I- L'amour impossible
Ce poème en octosyllabes traite comme les autres poèmes des fêtes galantes, de la recherche de l'amour vue de façon tragique, les amours impossibles. Étrange comportement de deux amants que de celui de vouloir mourir ensemble à la façon de Roméo et Juliette, autre amour impossible en raison de la rivalité des familles. "Malgré les destins jaloux" donne tout de suite le ton du poème, celui de l'opposition, de la résistance, avec la préposition malgré que précède l'interjection "Bah", de lassitude, de mépris, d'indifférence. L'opposition des amants rappellent étrangement les rivalités des familles qui s'opposent à des mariages qui ne correspondent pas à leur rang social. La proposition surprend cependant l'amante qui manifeste une sorte d'étonnement qualifiant curieusement la proposition de mourir ensemble de "rare" au lieu de s'en offusquer. Mais notre amant aligne ensuite plusieurs arguments en sa faveur pour cette solution ultime, il n'y a aucun recours possible, c'est un amant irréprochable et la solution de mourir ensemble pour "rare" qu'elle est est une solution qui a du bon. Le poème prend un tour autobiographique avec le verbe railler, l'amant excelle dans la raillerie mais peu dans le jeu amoureux. L'amante reproche à son amant de tout ramener à des questions d'argent et invite son amant à se plus rien dire. "Taisons-nous", c'est par cet impératif que l'amante sort de de son indolence et sauve le couple de la mort.
II- Un dialogue galant pittoresque
Commencé avec le "Poème "Sur l'herbe", renouvelé ici et poursuivi dans la seconde moitié du dernier poème des fêtes galantes "Colloque sentimental", la forme du poème en dialogue séparés par des tirets donne à l'amour un caractère théâtral de comédie ou de tragi-comédie. Avec cette forme, l'accent est mis sur l'oral, le dialogue retranscrit une conversation réelle ou fictive et à travers les deux interlocuteurs Tircis et Dorimène, le poète nous transmet toute sa mélancolie, sa désillusion, son manque d'énergie, son apathie, il n'a même plus la force d'aller au bout de son projet. En prêtant sa voix à deux personnages littéraires Tircis et Dorimène, Verlaine fait sa propre mise en scène dans un cadre bucolique et enchanteur d'elfes sylvains qui participe aux débats amoureux et à la joie finale de l'amour enfin sauf, et ils sont "hilares", un sentiment de joie extrême devant des farces grotesques. On remarquera tout l'humour de la proclamation grandiloquente de Tircis"Mourons-ensemble" que l'on retrouvera écrit différemment dans le poème "Lettre", "Je languis et me meurs, comme c'est ma coutume". On remarquera également que le dialogue commence par l'amant lui donnant une sorte d'initiative mais que c'est finalement l'amante qui n'avait nullement l'envie de se sacrifier, n'en témoigne le point d'interrogation après son "mourons ensemble" qui aura le dernier mot.
III- Une tonalité aristocratique
Dans cette comédie de l'amour l'amante a les traits d'une femme du monde respectable, elle s'adresse à son amant en le vouvoyant ou en l'appelant "Monsieur". "Quel amant bizarre" semble indiquer une femme frivole qui collectionne les amants. La scène finale est l'occasion pour Verlaine de se féliciter ses témoins gênants car par leur présence, les deux êtres qui se trouvaient présents comme par enchantement dans cet endroit isolé au cœur de la nature, propice aux amours l'a fait échouer dans son macabre dessein. Verlaine n'a rien oublié de son chagrin d'amour pour Elisa quelques années plus tôt, autre amour impossible en raison de son mariage. Le dernier vers "Hi ! hi ! hi ! les amants bizarres ! répétition d'un vers précédent dans lequel les a remplacé quel au singulier traduit toute l'ironie de la comédie amoureuse de la société dans laquelle l'étonnement, le rire, sont des artifices pour éviter de répondre aux questions embarrassantes. Verlaine, qui se méfie de la duplicité féminine et de l'amour en général glisse " l'inexpiable tort" pour traduire toute la difficulté du sentiment amoureux.
Conclusion
Verlaine s'interroge sur l'amour, sur les amoureux qu'il assimile à des êtres passifs, indolents, soumis parfois à des mariages arrangés par les familles. La réalité lui apparaît comme un jeu de dupes dans lequel les femmes peuvent présenter des apparences trompeuses qui induisent en erreur les jeunes gens crédules ou ingénus. L'amant est parfois assez naïf pour croire que son amante est capable de le suivre sans réfléchir même dans la mort ou alors trop indolent pour passer outre les difficultés.

Vocabulaire et personnages

Dorimène : nom littéraire emprunté au Mariage forcé de Molière, c'est une coquette promise à Sganarelle, le nom est fait d'une racine grecque qui veut dire cadeau. Dans le mariage forcé, c'est une coquette qui accepte volontiers les dépenses que font pour elle ses galants.
Tircis : Nom littéraire fréquent au XVIIème siècle, c'est un beau berger, symbolise l'amour.
Bah : interjection, marque l'indifférence, le dédain. l'insouciance
Malgré : préposition, contre la volonté, le désir, la résistance de quelqu'un.
Indolent : mou, apathique.
Décamérons: recueil de comtes de Boccace qui fixa la prose italienne. Boccace (1313-1375) fait dans le Décaméron une peinture de mœurs du XIVème siècle. La Fontaine s'en inspira avec son illustrateur Jean-Baptiste Oudry. Le Décaméron est une suite de nouvelles, mais son succès est dû aux nombreuses illustrations que l'on trouve aussi chez Jules Verne.
Railler : tourner en dérision.
Tircis et Dorimène : ce sont des noms purement littéraires attribués à des bergers. La Fontaine dans son poème Tircis et Amarante adressé à Melle de Scudery ridiculise notre pauvre Tircis car Dorimène en aime un autre Clidamant.
Sylvains : de sylva, la forêt, génie de la foret. Syn. elfe sylvain. Voir le seigneur des anneaux.

Liste des 22 poèmes des fêtes galantes
1-Clair de lune
1er vers
" Mon âme est un paysage choisi "
2-Pantomine
3-Sur l'herbe
4-L'allée
5-A la promenade
6-Dans la grotte
7-Les ingénus
8-Cortège
9-Les coquillages
10-En patinant
11-Fantoches
12-Cythère
13-En bateau
14-Le faune
15-Mandoline
16-A Clymène
17-Lettre
18-Les indolents
19-Colombine
20-L'amour par terre
21-En sourdine
22-Colloque sentimental

 

Accueil