29/11/2015
Verlaine expliqué

Accueil
Suite
VERLAINE : Lettre (1869)

La lettre d'amour de Fragonard
La lettre d'amour de Fragonard
Poème
Lettre

" Lettre " est le 16ème poème des fêtes galantes.
La liste des poèmes des fêtes galantes

Eloigné de vos yeux, Madame, par des soins
Impérieux (j'en prends tous les dieux à témoins),
Je languis et je meurs, comme c'est ma coutume
En pareil cas, et vais, le cœur plein d'amertume,
A travers des soucis où votre ombre me suit,
Le jour dans mes pensers, dans mes rêves la nuit,
Et, la nuit et le jour, adorable, Madame!
Si bien qu'enfin, mon corps faisant place à mon âme,
Je deviendrai fantôme à mon tour aussi, moi,
At qu'alors, et parmi le lamentable émoi
Des enlacements vains et des désirs sans nombre,
Mon ombre se fondra en jamais en votre ombre.

En attendant, je suis, très chère, ton valet.

Tout se comporte-t-il là-bas comme il te plaît,
Ta perruche, ton chat, ton chien? La compagnie
Est-elle toujours belle? et cette Sylvanie
Dont j'eusse aimé l'œil noir si le tien n'était bleu,
Et qui parfois me fit des signes, palsambleu!
Te sert-elle toujours de douce confidente?

Or, Madame, un projet impatient me hante
De conquérir le monde et tous ses trésors pour
Mettre à vos pieds ce gage - indigne - d'un amour
Égal à toutes les flammes les plus célèbres
Qui des grands cœurs aient fait resplendir les ténèbres.
Cléopâtre fut moins aimée, oui, sur ma foi!
Par Marc-Antoine et par César que vous par moi,
N'en doutez pas, Madame, et je saurai combattre
Comme César pour un sourire, ô Cléopâtre,
Et comme Antoine fuir au seul prix d'un baiser.

Sur ce, très chère, adieu. Car voilà trop causer,
Et le temps que l'on perd à lire une missive
N'aura jamais valu la peine qu'on l'écrive.

Plan de commentaire
Lettre est le seizième poème des fêtes galantes. Le titre "Lettre" au singulier, une lettre d'excuse pour un éloignement involontaire, un jeu de l'amour hypocrite comme l'ensemble du recueil des fêtes galantes.
I- Une rhétorique précieuse
La progression du poème se fonde sur un effet de suspens, par la relance continuelle de l'adresse au destinataire, par l'emploi récurrent des marques de deuxième personne, procédé déjà employé dans le poème précédent "A Clymène" et repris ici. La lettre obéît à des motivations nombreuses et variées, l'auteur peut écrire pour transmettre ses sentiments, témoigner son amour, son amitié, sa reconnaissance ou comme ici prolonger un contact avec une personne éloignée que l'on aime. Verlaine veut confier ses pensées et ses sentiments dans sa solitude, éloignée physiquement de son amie. L'éloignement provoque chez lui beaucoup de tristesse, d'amertume, il languit de revenir près d'elle et cette pensée l'obsède jour et nuit, il se meurt et a perdu toute réalité, c'est un fantôme. Cet éloignement physique des corps est compensé par un rapprochement imaginaire de deux âmes, de deux ombres. On retrouve dans ce treizième vers isolé des autres tout le ridicule d'un personnage de Molière, un valet, au service de son amie. Ce ridicule emprunte dans les douze premiers vers, tous les clichés de la rhétorique précieuse, "Très Chère", " adorable, Madame", le vouvoiement "vos yeux, votre ombre". Après ce vouvoiement d'introduction, un vous de distanciation, comme si la distance qui avait éloigné les deux personnages avaient rompu leur passion ou leur amitié première. Au treizième vers le tutoiement fait, contrairement à l'habitude des rapports valet-maître, son apparition "Je suis, très chère, ton valet". Nous avons l'impression que cet éloignement suit le principe d'Hubble bien décrit dans le roman de Stéphanie Janicot, plus une galaxie est loin, plus elle semble nous fuir, plus un être qui vous est cher est éloigné plus il semble loin de vous comme disparu. C'est naturellement cette sensation qu'avec l'éloignement il a perdu son amie qu'il aimait, qu'il n'entend plus, qui provoque chez le poète un malaise, il devient un fantôme, une ombre. Le champ lexical de l'esprit, du fantôme est important, ce poème rappelle "J'ai tant rêvé de toi" de Robert Desnos, qui utilise le même vocabulaire.
II- Une conversation intime
Le poème prend une autre tournure avec une série de questions posée sur la vie courante, les banalités du quotidien, Le ton est familier, le tutoiement est constant, on prend à distance des nouvelles de l'amie, si elle ne connaît pas de contrariétés, si tout se passe bien, on s'intéresse à la santé de la perruche, du chat, du chien, puis aux amis qui viennent après les animaux familiers dans l'ordre d'importance. L'occasion est belle de susciter la jalousie d'une "Sylvanie" créée pour la circonstance car elle rime avec compagnie. Notre écrivain s'inquiète toujours de savoir si cette ancienne liaison est définitivement oubliée. Ce faisant, il pense avoir éveillé des soupçons de jalousie et il est temps de passer à autre chose, à l'avenir et c'est de ses projets qu'il souhaite continuer à entretenir sa partenaire pour la tenir en haleine. Après le retour en arrière sur le départ obligé par des raisons impérieuses, après le présent avec les préoccupations quotidiennes, le cheminement conduit vers l'avenir, un avenir lumineux, dynamisé par l'amour comme César ou Marc-Antoine réalisant des exploits pour l'amour de Cléopatre. La comparaison avec Cléopatre est cependant flatteuse pour l'amie et ne peut la laisser insensible. Cette femme éloignée devient un être supérieur, une reine et le vocabulaire conquérant, "conquérir", "mettre à vos pieds", "combattre". L'absence qui dans les premiers vers laissait l'amant sans forces, maintenant lui donne vie, c'est Eluard, le phénix qui renaît de ses cendres, métamorphosé. Les comparaisons avec César et Antoine sont peu flatteuses car César fut assassiné et Antoine qui quitta Rome et son épouse pour Cléopatre sera lui aussi tué. L'amant trouve également l'occasion de mettre un terme à sa lettre car il doit commencer sans attendre ce projet. Il a déjà trop perdu de temps à écrire cette lettre, cette missive,
III- Le prix d'une lettre
Ecrire une lettre semble pour notre soupirant une entreprise bien difficile, une occupation bien désagréable qui procure de la peine. La pénibilité de l'écriture se cumule avec la pénibilité des sentiments qu'on doit ranimer. Madame de Sevigné prenait du plaisir à correspondre avec sa fille malgré l'éloignement, plaisir littéraire, esthétique car elle écrivait aussi pour être lue. La lecture de la missive pour la correspondante semble également une épreuve difficile, elle perd du temps, peut-être ne comprend-elle pas le sens du message, ou ne souhaite-t-elle pas raviver sa passion inutilement. On remarquera toute l'ironie de Verlaine dans les deux derniers vers, en écrivant la lettre il dit non seulement avoir perdu son temps mais fait perdre le sien à son amie. Curieuse conclusion mais qui ouvre la problématique de la lettre, de son contenu qui peut être mal compris, ne pas correspondre à ses sentiments, à ses motivations. Lorsqu'on écrit une lettre, on attend souvent la réponse pour connaître la réaction.
Conclusion
"Lettre" est un poème qui a sa place dans les fêtes galantes. Les lettres d'amour aujourd'hui remplacées par le téléphone ou les mails ont toujours joué un rôle dans les relations amoureuses. On aime maintenir le contact avec une personne éloignée, lui transmettre nos sentiments. Cette contrainte littéraire prend chez Verlaine un ton satirique, précieux et manquant totalement de sincérité. Verlaine, s'appuyant probablement sur le tableau "La lettre d'amour" de Fragonard nous dépeint tous les artifices mais aussi les illusions d'une société avec des soupirants à la recherche de plaisirs, maniant l'hypocrisie avec une grande assurance.

L'épistolaire au Bac
F rançais 1ère L 2004.
Vous trouverez dans le Hatier annabac sujets et corrigés 2005, un sujet inédit : Lettre, amour et poésie. le 1er texte est "Lettre" de Verlaine suivi de trois autres poèmes dont un de Philippe Jaccottet (attention il y en a de plus en plus, c'est un tout bon) "Lettre" de son recueil "L'effraie" de 1953, Un calligramme de Guillaume Apollinaire "Adieu", du recueil "Poèmes à Lou" et une lettre de Picasso mélange de dessin, de calligraphie et d'écriture cursive. Il faut absolument lire ces poèmes et l'excellent corrigé de Sylvie et Jacques Dauvin.
Vocabulaire
Missive
lettre qu'on envoie à quelqu'un
Impérieux
Qui commande de façon absolue
Languir
Souffrir d'un affaiblissement, se sentir déprimé
Amertume
Goûtamer, mélancolie due à un sentiment de mécontentement, de déception.
Ombre
votre ombre me suit : suivre quelqu'un comme son ombre, c'est le suivre partout
Fantôme
Apparence vaine, sans réalité, apparition surnaturelle d'un défunt, spectre.
Valet
Domestique
Palsambleu

Ancien juron, pour "Par le sang de Dieu"
César (Jules)
Général et homme politique romain, après avoir vaincu Pompée en Grèce, il le poursuit en Égypte et donne le trône à Cléopatre. Fut poignardé par Cassius et Brutus au Sénat.
Cléopatre
Reine d'Egypte célèbre par sa beauté et son intelligence et ses amours avec César puis Antoine qui lui permirent de garder son trône. Elle s'empoisonna ou selon la légende se fit mordre par un aspic.
Antoine ou Marc-Antoine
Général romain, lieutenant de César, Il s'éprit de Cléopatre, délaissant Rome et son épouse Octavie, sœur d'Octave.Assiégé dans Alexandrie, se donnera la mort.

Accueil