30/11/2015


Accueil
Suite
VERLAINE, 1844-1896, biographie



Poèmes saturniens >>
Fêtes galantes >>
La Bonne Chanson >>
Romances sans paroles >>
Sagessse
>>
Jadis et Naguère >>

Biographie

Biographie de verlaine

30 Mars 1844
Naissance de Paul Verlaine à Metz , où son père, qui est officier, se trouve en garnison. Les parents de Verlaine, longtemps restés sans enfants, ont adopté une nièce, Élisa. Elle sera pour leur fils une grande sœur pleine d'indulgence. Verlaine, enfant, est excessivement "gâté".

1855 (11 ans)
Verlaine, dont la famille s'est installée à Paris en 1851 , commence des études médiocres au lycée Condorcet. Il est passionné de dessin et de littérature, écrit des vers et des nouvelles à la manière d'Edgar Poe. Premières expériences homosexuelles.

1858 (14 ans)
Verlaine envoie à Victor Hugo un poème de sa composition, intitulé "La Mort".

1862 (18 ans)

Réussite au baccalauréat à Paris. Verlaine devient employé peu assidu à l'hôtel de ville de Paris. Déjà, il hante les cafés ; mais aussi découvre la poésie.
Il publie quelques poèmes dans des revues, a des liaisons homosexuelles et des tendances alcooliques.

1863 (19 ans)

Verlaine tombe éperdument amoureux de sa sœur adoptive, Élisa, qui est mariée et mère de famille. Elle repousse ses avances.

1865 (21 ans)

Verlaine est chargé de la critique littéraire dans la revue "L'Art", il écrit des articles élogieux sur Baudelaire et Hugo. Rencontre avec les parnassiens, François Coppée, Théodore de Banville, José-Maria de Heredia et Leconte de Lisle. Mort du père de Verlaine.

1866 (22 ans)

Publication des Poèmes saturniens. Verlaine y professe l'impassibilité parnassienne avec une série "d'eaux-fortes" avec des tableaux dans le goût du Parnasse. Déjà, pourtant, le vrai Verlaine apparaît, avec sa sensualité, sa tendresse et sa mélancolie. Il y compose des "paysages tristes", évoque un amour disparu, "Nevermore", une femme idéale, "Mon Rêve familier, associe aux caprices de son imagination le charme d'un paysage crépusculaire, "Soleils couchants", et laisse entendre un écho assourdi de l'inquiétude romantique, "Chanson d'automne". Déjà son instinct poétique le conduit à assouplir l'alexandrin, à manier les rythmes impairs, à suggérer des états vagues par des strophes vaporeuses.

1867 (23 ans)

Mort d'Élisa. Verlaine est effondré, il sombre dans l'alcoolisme et s'étourdit d'activités. II collabore à diverses revues, écrit un sketch avec François Coppée "Qui veut des merveilles", puis une édition clandestine d'un recueil de sonnets érotiques, "Les Amies".

1869 (25 ans)

Publication des "Fêtes galantes", le second recueil, Verlaine s'inspire de Watteau et des autres peintres qui, au XVIIIème siècle surtout, ont évoqué les plaisirs d'une société élégante et frivole. Quelques répliques s'entrecroisent, et nous apercevons un abbé galant, un marquis à perruque, des dames déguisées en bergères, un Pierrot exalté, tandis que des notes de musique égrenées sur une guitare accompagnent leurs jeux un peu fous, "Sur l'herbe". Verlaine s'éprend de la sœur d'un ami, Mathilde Mauté, qui n'a alors que seize ans. Pendant ses fiançailles, il mène une vie sobre et régulière. Les poèmes qu'il dédie à Mathilde trouvent place dans le recueil "La Bonne Chanson" qui paraît en 1872.

1870 La Bonne Chanson

C'est le troisième recueil d'un caractère plus personnel. Peu d'œuvres, dans l'histoire de la poésie française, sont aussi sincères et aussi émouvantes. Cette fois, c'est l'accord de deux âmes que chante Verlaine après ses fiançailles avec Mathilde Mauté, 16 ans. Il dit ses joies pures, son enthousiasme d'amoureux, imagine le bonheur paisible du foyer. La lune, qui baignait de mélancolie le décor des "Fêtes galantes", verse maintenant dans son cœur"un vaste et tendre apaisement". Jadis instable et inquiet, il a conquis, pour quelque temps, l'équilibre et la paix.

1870 Le mariage

Verlaine se marie en 1870 mais au rêve des fiançailles succèdent, presque tout de suite, les malentendus conjugaux.

1870-1871 (26-27 ans )

Guerre entre la France et l'Allemagne. Mariage de Verlaine avec Mathilde (11 août 1870). Poussé par Mathilde, Verlaine s'engage dans la Garde nationale. Pendant la Commune de Paris (mars à mai 1871), Verlaine qui a des sympathies socialistes se met au service des insurgés comme attaché de presse. II doit se cacher pendant la répression de l'émeute. Naissance de Georges Verlaine, le fils du poète (octobre 1871). Lettres de Rimbaud, alors âgé de seize ans, qui ne connaît Verlaine que par ses livres. Verlaine accepte d'accueillir chez lui l'adolescent en révolte contre sa famille. Naissance d'une relation homosexuelle entre eux.

1872 (28 ans)

Sur un coup de tête, Verlaine et Rimbaud partent ensemble en Belgique, puis en Angleterre. Après une tentative pour ramener son mari à la raison, Mathilde demande le divorce.

Juillet 1873 (29 ans )
À Bruxelles, au cours d'une violente dispute,
Verlaine tire un coup de revolver sur Rimbaud. Celui-ci n'est que légèrement blessé, mais Verlaine est condamné à deux ans de prison pour tentative de meurtre. Il purge sa peine à Mons en Belgique.

Mars 1874 (3 0 ans)

Publication de "Romances sans paroles". Ces poèmes ont été composés pour la plupart en 1872 et 1873 ; plusieurs se ressentent d'une influence de Rimbaud, auquel Verlaine emprunte des thèmes et des rythmes de chansons. Les impressions de voyage, "Paysages belges", voisinent avec les vers lyriques des "Ariettes oubliées", où domine une immense tristesse.

Août 1874
En prison, brusque conversion religieuse de Verlaine. II se rapproche du courant monarchiste et traditionaliste.

Janvier 1875 (30 ans)

Fin de la détention à la
prison de Mons en Belgique. Vaine tentative pour convertir Rimbaud au christianisme.

1875- 1877 (31-33 ans)

Professeur de français et de dessin dans un pensionnat anglais. Vie calme et heureuse.

Octobre 1877-Juillet 1879 (33-35 ans)
Professeur dans un collège catholique à Rethel (Ardennes). Verlaine se prend d'une affection toute paternelle pour un de ses élèves, Lucien Létinois, alors âgé de dix-huit ans ; il recommence à boire.

Fin 1879 (35 ans)
Verlaine et Létinois travaillent quelques mois comme professeur et surveillant dans une école anglaise.

1880 (36 ans)

La mère de Verlaine consacre ses dernières économies à l'achat d'une ferme dans les Ardennes pour son fils. Verlaine et Létinois travaillent la terre.

1881 (37 ans)

Publication de Sagesse. Le livre n'a aucun succès. Ces poèmes ont été composés, les uns en prison, d'autres après la captivité ; mais il règne dans tout le recueil une certaine unité de ton et d'atmosphère. Le poète fait un retour douloureux sur son passé, "Gaspard Hauser chante ; Le ciel est par-dessus le toit", ou écoute résonner à ses oreilles la voix de sa femme comme un enseignement évangélique, "Écoulez la chanson bien douce...". Ardemment, humblement, il cherche la sagesse, songe à la foi vivante des siècles passés et à l'enthousiasme fécond des bâtisseurs de cathédrales. Il chasse les voix impures de l'orgueil, de la haine, de la chair, pour obéir à "la voix terrible de l'amour". Il s'offre à Dieu, à la Vierge Marie ; et il reproduit en une suite d'admirables sonnets le dialogue de l'Homme avec son Dieu.

1882 (38 ans)

Faillite de l'exploitation agricole. Verlaine, ne trouvant pas d'emploi en raison de son casier judiciaire, se condamne aux travaux forcés littéraires. Suite d'oeuvres en prose assez médiocres : "Nos Ardennes", " Voyage en France par un Français", pamphlet réactionnaire et clérical, " Les Poètes maudits", " Les Hommes d'aujourd'hui", un recueils de souvenirs littéraires.

1883 (39 ans)

Lucien Létinois meurt de la fièvre typhoïde. Désespéré, Verlaine sombre dans l'ivrognerie et la pédérastie.

1884 (40 ans)

Publication de "Jadis et Naguère". Pendant l'été, à la suite d'une bagarre de rue, Verlaine est condamné à un mois de prison.

1885-1887 (41-43 ans)
Abandonné de tous, Verlaine s'installe à Paris dans un taudis, Cour Saint-François. Sa mère meurt près de lui en janvier 1886. Verlaine est quasiment réduit à la mendicité. Fréquents séjours à l'hôpital.

1888 (44 ans)
Rencontre d'écrivains qui deviendront tous célèbres : Huysmans, Bloy, Barrès, Gide. Publication du recueil poétique "Amour". Les amis de Verlaine se cotisent pour lui assurer une rente mensuelle.

1889 (45 ans)

Publication de "Parallèlement". Ses dernières œuvres révèlent ses oscillations entre la vertu et le péché, entre la chair et l'esprit.

1890 (46 ans)
Publication de "Dédicaces".

1891 (47 ans)

Publication de "Mes hôpitaux", un essai, et de "Bonheur". Verlaine vit aux crochets de deux prostituées qui se jalousent. II leur dédie des vers sans grande valeur : "Chansons pour Elle", "Odes en son honneur", "Élégies", "Dans les limbes". Il publie également un recueil d'inspiration religieuse : "Liturgies intimes", et des œuvres en prose : "Mes prisons" ; "Onze Jours en Belgique". Nouveaux séjours à l'hôpital.

1893 (49 ans)

Verlaine pose sa candidature à l'Académie française en mars. II ne recueille aucune voix, mais un référendum du quotidien "Le Journal" le sacre Prince des Poètes.

1895 (51 ans)

Édition des "Épigrammes et des Biblio-sonnets". Verlaine devient impotent.

8 Janvier 1896 (51 ans)

Mort misérable de Verlaine. Édition posthume de trois recueils : "Invectives", "Chair" et "Poésies diverses".