06/01/2019
Verlaine expliqué,
Sagesse

Page accueil
Suite
Sagesse (1881)

Sagesse

La sagesse est un concept qualifiant le comportement d'un individu, conforme à une éthique : tempérance, prudence, sincérité et justice

 

Ces poèmes ont été composés, les uns en prison à Mons, d'autres après la captivité ; mais il règne dans tout le recueil une certaine unité de ton et d'atmosphère. Le poète fait un retour douloureux sur son passé (Gaspard Hauser chante) , (Le ciel est par-dessus le toit) ou écoute résonner à ses oreilles la voix de sa femme comme un enseignement évangélique (Écoutez la chanson bien douce ... ). Ardemment, humblement, il cherche la sagesse, songe à la foi vivante des siècles passés et à l'enthousiasme fécond des bâtisseurs de cathédrales. Il chasse les voix impures de l'orgueil, de la haine, de la chair, pour obéir à " la voix terrible de l'amour ". Il s'offre à Dieu, à la Vierge Marie ; et il reproduit en une suite d'admirables sonnets le dialogue de l'Homme avec son Dieu.

Quand Verlaine publie à compte d'auteur ce nouveau livre, il n' a rien publié depuis sept ans. Pendant son séjour en prison (1873-1875), il avait préparé un recueil qui devait s'appeler Cellulairement. Après sa libération il renonce à le publier et les incorpore dans divers recueils. Sept d'entre eux apparaissent dans Sagesse.

Au début de l'année 1880, la ferme de la Petite Paroisse à Juniville est à vendre, Verlaine fait appel à sa mère qui l'achète. La famille Létinois s'y installe. Verlaine loue une maison à 100 mètres de la ferme, face à l'Auberge du Lion d'Or. Dans cette auberge très fréquentée, Verlaine va achever d'écrire "SAGESSE". Il couche les premiers vers de "Jadis et Nagère". 
En
1881, Sagesse" est publié à compte d'auteur à la Société générale de Librairie catholique et le nom de Verlaine devient enfin célèbre.

 

Poèmes expliqués

Il y a 3 parties dans Sagesse et chaque poème est numéroté en chiffres romains par sa partie I ou II ou III et son rang dans la partie.
On retrouve tous les poèmes dans le livre Sagesse Amour Bonheur Poésie Gallimard NRF
Sagesse est dédicacé "A ma mère" P.V. Mai 1889. Sa mère est décédée le 1er janvier 1888 d'une pneumonie en allant chercher des cigarettes pour son fils.
Paul Verlaine est né à Metz (Moselle) le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896 (à 51 ans) que sa mère avait achetée, mère avec laquelle il entretiendra une relation de proximité et de violence toute sa vie.

Echelonnement
, Ecoutez la chanson bien douce (S I-16),

Je ne sais pourquoi
(S III-7), Le ciel est par dessus le toit (S III-6),

L'espoir luit comme un brin de paille (III-3)
,,

Ô vous, comme un qui boite...(S I-6)
,


Liste des poèmes de Sagesse

Préface de la première édition
I
I-Bon chevalier masqué ...

II-J'avais peiné comme Sisyphe ...
III-Qu'en dis-tu, voyageur, ...
IV-Malheureux ! Tous les dons, ...
V-Beauté des femmes, ...
VI-Ô vous, comme un qui boite ...
VII-Les faux beaux jours .. .
VIII-La vie humble ...
IX-Sagesse d'un Louis Racine, ...
X-Non. Il fut gallican, ...
XI- Petits amis qui sûtes ...
XII-Or, vous voici promus, ...
XIII-Prince mort en soldat ...
XIV-Vous reviendrez bientôt, ...
XV-On n'offense que Dieu ...
XVI-Écoutez la chanson ...
XVII-Les chères mains ...
XVIII-Et j'ai revu l'enfant unique ...
XIX-Voix de l'Orgueil ...
XX-L'ennemi se déguise ...
XXI-Va ton chemin ...
XXII-Pourquoi triste, ô mon âme ...
XXIII-Né l'enfant ...
XXIV-L'âme antique était rude ...
II
I-Ô mon Dieu ...
II-Je ne veux plus aimer ...
III-Vous êtes calme, ...
IV-1-Mon Dieu m'a dit ...
IV-2-J'ai répondu : " Seigneur, ...
IV-3-Il faut m'aimer ! ...
IV-4-Seigneur, c'est trop ! ...
IV-5-Il faut m'aimer. Je suis ces Fous ...
IV-6-Seigneur, j'ai peur...
IV-7-Certes, si tu le veux mériter ...
IV-8-Ah ! Seigneur, qu'ai-je ? ...
IV-9-Pauvre âme, c'est cela !
III
I-Désormais le Sage ...
II-Du fond du grabat ...
III-L'espoir luit comme ...
IV-Gaspard Hauser chante ...
V-Un grand sommeil noir ...
VI-Le ciel est, par-dessus le toit ...
VII-Je ne sais pourquoi ...
VIII-Parfums, couleurs, ...
IX-Le son du cor s'afflige ...
X-La tristesse, la langueur ...
XI-La bise se rue à travers ...
XII-Vous voilà, vous voilà, ...
XIII-L'échelonnement des haies ...
XIV-L'immensité de l'humanité ...
XV-La mer est plus belle ...
XVI-La " grande ville " ...
XVII-Tournez, tournez, bons c hevaux de bois,..
XVIII-Toutes les amours de la terre ...
XIX-Sainte Thérèse veut ...
XX-Parisien mon frère ...
XXI-C'est la fête du blé, ...

Page accueil